Cyril Jouison

Nationalité: French

En savoir plus: Visitez le site Web de l'artiste

Profil de l'artiste

Apprendre à regarder...

C’est finalement cela le plus difficile. Photographier, c’est comme écouter… avec le regard. Il faut savoir patienter, s’obstiner même. Il faut aimer flâner. Il faut savoir revenir. Il faut capter le moment. J’ai longtemps cru qu’il n’y a avait qu’une seule façon de photographier : entre graphisme et esthétisme. Une mise en perspective permanente. Un cadrage bas comme pour refuser de grandir. Un flou à apprivoiser pour y voir plus clair. Je sais aussi que chaque photographie raconte une histoire. Celle de l’instant. Ou, et c’est nouveau pour moi, celle de la narration. L’image libère un message.

Simple. Tendre. Heureux. Sévère. Engagé mais surtout bienveillant.

Mes Digigraphie

Digigraphie® Dimensions Média Nombre de la série
The Girlish Tourneuses
60.00cm x 40.00cm Type: Photography
Papier: Epson Textured fine art paper 425g
Produit par: Alinéa 33
7
Sur le béton, la plage
40.00cm x 60.00cm Type: Photography
Papier: Epson Textured fine art paper 425g
Produit par: Alinéa 33
7
I am the queen of the world
60.00cm x 40.00cm Type: Photography
Papier: Epson Textured fine art paper 425g
Produit par: Alinéa 33
7
1, 2, 3 facettes
40.00cm x 60.00cm Type: Photography
Papier: Epson Textured fine art paper 425g
Produit par: Alinéa 33
7
Anonymals
60.00cm x 40.00cm Type: Photography
Papier: Epson Textured fine art paper 425g
Produit par: Alinéa 33
7
Escale farniente
60.00cm x 40.00cm Type: Photography
Papier: Epson Textured fine art paper 425g
Produit par: Alinéa 33
7
La vie en rose
60.00cm x 40.00cm Type: Photography
Papier: Epson Textured fine art paper 425g
Produit par: Alinéa 33
7

Apprendre à regarder...

C’est finalement cela le plus difficile. Photographier, c’est comme écouter… avec le regard. Il faut savoir patienter, s’obstiner même. Il faut aimer flâner. Il faut savoir revenir. Il faut capter le moment. J’ai longtemps cru qu’il n’y a avait qu’une seule façon de photographier : entre graphisme et esthétisme. Une mise en perspective permanente. Un cadrage bas comme pour refuser de grandir. Un flou à apprivoiser pour y voir plus clair. Je sais aussi que chaque photographie raconte une histoire. Celle de l’instant. Ou, et c’est nouveau pour moi, celle de la narration. L’image libère un message.

Simple. Tendre. Heureux. Sévère. Engagé mais surtout bienveillant.